Furtif

Audioblog nonchalant

A lire, écouter
voir, picorer, partager

En voir +

En vrac, des playlists, des émissions de radio, des remixes et des découvertes. Pas grand-chose à écrire, beaucoup à écouter.

A base de pop pop pop (Montreal)

Pop Montreal, fameux festival canadien, a regroupé dans une longue playlist tous ses coups de cœur de l’année, avec une forte présence de groupes de la ville. Elle dure le temps d’oublier qu’on passe une playlist, justement, et revient se faufiler comme une radio de qualité. Elle est très bien.

Musique de Dieu, musique du diable

[tag #copinage]
Chaque semaine, Noisenews propose Mondo Bizarro, une playlist thématique. Dans les dernières semaines de 2012, la Mondo Bizarro m’a offert la Révélation avant de me précipiter chez Faust. Double face, à l’heure de l’office, avec les #30 et #32, deux faces, deux ambiances : musique des sauveurs d’âme, musique du Mal (on en fait beaucoup sur Satan, mais c’est surtout une réputation). Oh God, I call The Lord Noisenews and The Lord save me. Here am I, the servant of Him.

Motel de Moka

Les plus assidus des fouilleurs d’audioblogs se souviennent sans peine de Motel de Moka, longtemps pourvoyeur de courtes playlists concoctées à un rythme soutenu il y a deux ou trois ans. Le temps s’est considérablement allongé entre les publications, mais de temps à autre émerge encore une compilation agréable. La dernière est planante et dansante juste ce qu’il faut, entièrement composée de remixes (celui de Mayer Hawthorne me chatouille le bassin).
Allez écouter Down by the poolside.

Découvrez la lune

Comment un album tel que The Dark Side of the Moon, expérimental et complexe, fut impossible à transposer sur scène à l’époque. Petite explication artistique, sonore et technique sur France Culture, où l’on parle de quadriphonie, d’analogique, de Moog et de démesure.

Le jazz en marche

L’histoire du jazz cinq volets et deux heures et demie sur France Inter, partant de la Nouvelle-Orléans, louvoyant dans le swing noir américain en passant par la France. Rien de radicalement nouveau, c’est vrai, sauf un aspect méconnu et sans doute le plus intéressant de la série : le jazz chez les Rouges. Tous écoutables en streaming sur le site de la radio.
- New Orleans, berceau du jazz [mp3]
- Black beauty, white dancing : 1917-1931 [mp3]
- La France, terre d’élection [mp3]
- From Swing to Bop : 1935 – 1953 [mp3]
- Red jazz ou le jazz chez les Rouges [mp3]

Et toujours sur France Inter, Interception en a profité pour rediffuser leur sujet sur le demi-siècle des Rolling Stones.

A bout de souffle

La voix est l’instrument, le souffle est le rythme.

Publié il y a 1689 jours En lire davantage à propos de

Moog, Moog, Moog, depuis cette nuit, le doodle Google est consacré à l’ingénieur Robert Moog, l’inventeur-du-synthétiseur-et-l’un-des-pères-des-musiques-électroniques, description fourre-tout à laquelle on ajoute souvent doctement : « Sans lui, pas de Pink Floyd, de Kraftwerk ou de David Guetta. » Aujourd’hui, on peut donc jouer avec une reproduction d’un des fameux synthétiseurs, manipuler les filtres et les modulations (avec un guide d’utilisation) et même enregistrer ses propres compositions. Mais si vous ne savez absolument pas à quoi ressemble un synthétiseur, encore moins un Moog et que vous aimez pourtant les artistes pré-cités (auxquels on peut ajouter les Beatles post-Abbey road et une bonne partie des groupes de la fin des 60′s et de la première moitié des 70′s), Inventor of The Synthesizer Documentary ~ Moog : A Film, de Hans Fjellestad, est un documentaire relativement complet sur Robert Moog et ses inventions :

 

Moog représente, entre autres choses une contribution majeure à la synth-pop britannique, dont Synth Britannia de la BBC retrace une grande partie de l’histoire :

L’influence de Moog dans les productions musicales est relativement bien décrit dans un splendide et très complet documentaire radio de la BBC en plusieurs parties. The Great Bleep Forward est consacré à l’histoire des musiques électroniques et s’intéresse à l’émergence de certains instruments devenus décisifs : les premiers modèles de synthétiseurs Moog utilisés entre autres par les Beatles ou Wendy Carlos sont évidemment évoqués ; la Brigade neurale en fait un détail enrichi, à écouter pour vous mettre en appétit.

Enfin, s’intéressant aux instruments cultes de la musique électronique, The Shape of things that hum évoque notamment l’un des plus populaires, le Mini Moog, forcément.

Publié il y a 1913 jours En lire davantage à propos de