Furtif

Audioblog nonchalant

Il y a plusieurs raisons d’aimer un disque, évidemment : la qualité incontestable de la musique, le souvenir qu’il évoque – souvent doux et heureux -, les références auxquelles il fait appel, la manière et le propos qu’il dégage ou tout simplement un instant, un unique instant dans le disque qui fait qu’on le répète à l’envie, avant de découvrir que le reste vaut (aussi) le coup.

Heroes & Villains – Welcome Home

Heroes & Villains a créé la 79e seconde la plus enthousiasmante que j’ai entendue. Ils n’en ont pas fait beaucoup non plus des 79e secondes, n’ayant sorti qu’un EP, suivi cette année d’un album complet. Mais ce groupe de Portland a réalisé sur Color coded un emballement de piano qui donne envie de sautiller. A la 79e, le titre bascule, le piano-clavecin s’affole, et c’est cela qui est bon. Il en est de ces titres où les musiciens ont su capter le petit frisson qui fait aimer la transition, qui fait aimer la manière dont ils transforment la dimension d’une chanson. Comment vous dire ? On passe d’une balade un soupçon baroque (les Dresden Dolls, cela vous parle ?) avec choeur féminin emprunté à quelque chose ayant plus de corps, de rupture, de rythme, de joie. Comme lorsqu’on s’imagine, seul dans la rue, et d’un coup, on souhaiterait que tout le monde se mette à danser et chanter autour de vous, en souriant. Hé bien là, c’est la même chose. En moins grandiloquent tout de même.

Ce billet aurait tout à fait pu être celui d’une seule chanson, d’une 79e seconde et-après-moi-le-déluge. Mais Heroes & Villains a également réussi à placer sur un EP à cinq chansons quelque chose de différent, et notamment Welcome Home une balade très cow-boy, très guitare nonchalante, très sifflotement de trois hombres au saloon là-bas, tu les vois ?, très petite batterie de duel au soleil, très trompettes mélancoliques, très film de western propices aux chansons travaillées.

Le seul inconvénient, c’est maintenant d’attendre la fin de Welcome Home avant de remettre « la 79e de Heroes & Villains ».

Publié il y a 5249 jours En lire davantage à propos de

Laisser un commentaires