Furtif

Audioblog nonchalant

A lire, écouter
voir, picorer, partager

En voir +

Après deux années de présence sur la Blogothèque, la DRH m’a poussé à plus m’investir, à montrer que j’en voulais. En un mot, j’ai désormais un billet régulier sur le mp3blog. Je me suis regardé dans la glace ce matin, j’ai respiré un grand coup en me jaugeant du regard avant de vous soumettre Beija Flor.

Beija Flor Voilà longtemps qu’un album ne m’avait pas raconté une histoire. N’avait pas fait apparaître dans mon esprit une carte topographique comme on en trouve dans les pages précédant les épopées de science-fiction ou des contes pour enfant, avec des noms inconnus, des dessins de bêtes étranges dans des contrées sans doute inexplorées. The Quiet One & The Lonely One, l’album des canadiens de Beija Flor y est parvenu.

Beija Flor – Take care Carolina

Mais dans ce disque, les comptines enfantines ont mal tourné. Elle file légèrement le frisson d’ailleurs, ces histoires, avec les cordes qui enveloppent les titres d’une ambiance inquiétante. Et puis ce piano qui accompagne un choeur trop emporté pour être complètement rassurant, comme si les arbres de la route ne manquaient pas de parler au petit héros en se ployant légèrement. On est ici plus proche de Tim Burton que de Pixar. Avec des guitares électriques en plus.

beijaflor-bandTake Care Carolina en est l’exemple sans doute le plus frappant : introduisant ressac et bruits furieux d’orage au bout de 6 minutes, un vrai théâtre sonore se bâtit peu à peu. Plus généralement, The Quiet One & The Lonely One fonctionne comme une pièce musicale. Les passages les plus doux contrebalancent les montées rythmiques et instrumentales. Plus le nombre d’écoute augmente, plus l’architecture du disque apparaît claire, séduisante. L’histoire imaginaire, quelle qu’elle soit, prend forme.

Il est délicat d’en dégager un titre phare, représentant absolu de l’ambiance. Par moment, le disque m’a rappelé les Sparks, en plus rêche, plus électrique dans la manière de faire.

Sophia et Northern Lights, titres de cet unique album de Beija Flor, en illustrent deux pendants : l’un débute comme une douce boîte à musique qui prend peu à peu une épaisseur légèrement dérangée, l’autre alterne les phases mélodiques en un seul et même titre.

Beija Flor – Northern Lights

Mais j’ai de légères craintes sur la suite du groupe : deux des quatre membres ont quitté le groupe et ont été remplacés. Beija Flor prépare manifestement son prochain album avec cette formation remaniée. The American sortirait durant l’hiver. Un temps idéal pour ce genre de disque.

Publié il y a 4378 jours En lire davantage à propos de

12